L’affaire du dragon de Villiers-sur-Morin

Dragon

Une terrible nuit des années 60, Mathilde, une jeune fille de grande beauté, court dans les rues de Villiers-sur-Morin en hurlant. Elle est presque nue. Son dos est sanguinolent. Il porte le tatouage d’un dragon crachant une femme. Aux gendarmes qui l’interrogent, elle dira que c’est un dragon qui lui a brulé le dos et fait ce tatouage… John Albert Derwick va mener l’enquête et rencontrer la jeune femme… Pourquoi ce tatouage ? John Albert ne l’a jamais su… Cette énigme a hanté ses nuits…

Une nuit de l’été 2017, le cri strident d’une femme en détresse vient troubler le sommeil paisible des villermorinois… la petite fille de Mathilde court éperdue dans les rues… Aux gendarmes qui la trouvent choquée, elle dit qu’elle a été séquestrée par un dragon… le dragon a voulu la tatouer dans le dos… Elle s’est débattue… n’ayant sur le dos qu’un bout de tatouage, une étoile et un M… qui avait été tatoué comme sur le dos de sa grand-mère… Mathilde !

Les journalistes du Daily Morin vont enquêter sur cette ténébreuse affaire.

Cet épisode mettra en valeur ce joli village fréquenté par de nombreux peintres impressionnistes, mais aussi par des peintres japonais, dont Yuso Sakei, considéré comme le Van Gogh japonais. Aujourd’hui encore, il est fréquent de voir sur la place du village des japonais revenir sur les traces de Sakei, mais aussi d’Hasegawa, et de bien d’autres peintres, comme Foujita.

EnglishFrench